Jury Eurégio 2012: le verdict est tombé

Classé dans : Lettres d'information | 0

 
Lettre d’information 30/2012 – 09.05.2012

Mercredi 18 avril 2012, à 11h00, 3 élèves de l’Athénée, accompagnés de leur professeur, Madame Michielsen, montent dans le car qui doit les mener à Maasmechelen. Leur mission? Désigner le vainqueur de la session 2011-2012. Ils ont emporté avec eux l’enveloppe contenant les votes des autres participants retenus à l’école par le spectacle théâtral annuel.

Une heure et demie de route plus tard, le car s’arrête devant le magnifique bâtiment du campus de Helix: une telle architecture ne peut que susciter l’admiration et l’envie d’en découvrir davantage.

Une organisation choc

A l’intérieur, une organisation de choc les attend: chaque étudiant reçoit un papier avec un numéro, lequel désigne une table où il s’agit de s’installer. Première étape: faire connaissance avec d’autres participants. Deuxième étape: pause « goûter ». Troisième étape: chaque participant se rend dans une classe de l’établissement en fonction de sa langue et du livre choisi, celui que l’on veut voir gagner. Là, nouvel échange en vue de trouver les arguments susceptibles de faire plier les autres lecteurs et de les amener à voter pour son roman, celui que l’on a plébiscité. Les 3 élèves de l’Athénée d’Ans ont choisi de défendre le roman d’Eric Emmanuel-Schmitt, La part de l’autre.

Le plaidoyer

Avec d’autres, ils rédigent un texte, un plaidoyer en vue de convaincre de la supériorité du roman La part de l’autre. Ensuite, tous les élèves se retrouvent et chaque roman est défendu dans les 3 langues face à un public bien décidé à faire gagner son champion. Les discours terminés, certains un peu verbeux, d’autres grandiloquents, le vote commence. Des petits papiers sont distribués et chaque lecteur indique le nom de l’auteur de son choix. Les organisateurs s’éloignent alors un moment, le temps du dépouillement. La curiosité des uns et des autres est à son paroxysme…

Le vainqueur n’est pas le favori des Ansois

Madame Schenk revient enfin et le vainqueur est proclamé: Kristoff Magnusson pour C’était pas ma faute! La tristesse se lit sur le visage des Ansois, tristesse momentanée car ils sont bons perdants. Il s’agit maintenant d’appeler le lauréat. Après une première tentative infructueuse en raison d’un mauvais numéro de téléphone- ce qui fait bien rire l’ensemble des participants, des excuses polies et réitérées, le téléphone de Kristoff Magnusson répond et c’est un tonnerre d’applaudissements qui lui annonce la bonne nouvelle!

Le prix sera remis au vainqueur le vendredi 11 mai prochain en la salle académique de l’Université de Liège: c’est en effet la Fédération Wallonie-Bruxelles qui, cette année, offre le chèque au grand gagnant.

Un reportage de Siobhan ROUBINET, élève de 5Gb.


Les autres éditions des Lettres d’information sont disponibles dans la rubrique Archives.

Charte Ar Ans1

Document mis à jour le 09.05.2012