Lisez également:

LE CONSEIL DES ÉLÈVES

L’intégration des élèves dans la mise en œuvre de dispositifs visant à améliorer le bien-être est essentiel pour construire une dynamique positive au sein des institutions scolaires. Souvent la délégation d’élèves est contestée. Sa mise en œuvre implique une responsabilisation de tous les acteurs. Pourtant, là où elle est opérante, la participation améliore considérablement les relations humaines dans le milieu socio-éducatif.

Remettre sur pied le « conseil des élèves », et plus précisément la médiation par les pairs, apporte des solutions face aux micro-violences et aux climats d’insécurité au sein des écoles. C’est un processus aidant les élèves à modifier leur façon de gérer adéquatement et sans violence des situations conflictuelles. L’élève-médiateur suit une formation pour il apprend à mieux connaître les autres, à réfléchir aux mécanismes des conflits et à proposer des solutions non violentes.

Les élèves sont associés aux décisions qui règlent la vie quotidienne de l’école à travers des délégués de classe élus par leurs condisciples.

L’action de ces délégués au sein de leur école porte principalement sur :

  • La prévention, voire l’amélioration des conditions harmonieuses de travail ;
  • la proposition de projets sur le fonctionnement de l’établissement et l’amélioration du cadre de vie des acteurs de l’école;
  • la communication pour éviter les malentendus;
  • l’engagement à promouvoir la tolérance et Ia solidarité.

LE CONSEIL DE CLASSE

Les délibérations des professeurs, menées sous la présidence de la Direction, éclairées par les avis du CPMS et épaulées par le personnel éducateur, sont l’un des moments-clés de la vie d’un établissement scolaire. La recherche continuelle d’un meilleur fonctionnement guide sans cesse le sérieux des débats et la qualité des analyses de toute l’équipe éducative en vue de l’intérêt supérieur de chaque élève.

Comme dans tous les établissements de la Fédération Wallonie Bruxelles, des conseils de classe sont prévus à des dates fixes. Mais l’Athénée royal d’Ans a aussi prévu un système de conseil de classe « d’urgence » qui permet de se réunir dans des délais très brefs, d’entendre l’élève, de lui donner des conseils et de prendre des mesures avant que la situation ne s’aggrave.

LE CENTRE PSYCHO-MÉDlCO-SOCIAL

L’Athénée royal d’Ans a l’avantage d’abriter un CPMS en ses murs. Les contacts entre les enseignants et le personnel du centre sont nombreux et fructueux. C’est ainsi que des élèves peuvent recevoir des conseils fréquents et immédiats quant aux orientations à donner à leurs études.

Des contacts très étroits, à tout moment de l’année scolaire, entre les professeurs et le personnel du CPMS permettent aussi de résoudre préventivement bien des problèmes qui auraient pu déboucher sur des décrochages scolaires ou sur des actes de violence.

Au besoin, le service de médiation scolaire vient épauler le CPMS en proposant son rôle intermédiaire.

LA RELATION ÉLÈVES/PARENTS/ÉCOLE

Chaque famille combine ses ressources, son histoire, ses règles, ses idées, ses valeurs pour construire son style de vie et sa relation au monde. Chaque famille assemble ainsi, jour après jour un véritable trésor familial qui offre abri et force aux enfants et dont ils héritent en tout ou en partie.

L’école, elle, hérite de ces multiples profils et surtout renonce à changer les familles. Ce n’est pas son rôle, elle n’en a ni le pouvoir, ni la force. Par contre, elle peut positiver le regard qu’elle porte sur les familles et raviver la relation qu’elle établit avec elles. Pour cela, il s’agit d’abord pour l’école de prendre conscience des effets qu’elle peut déclencher dans les familles, de comprendre que l’image qu’école et famille se font l’une de l’autre est souvent déformée par les préjugés. Il y a une culture et un fonctionnement familial, il y a une culture et un fonctionnement scolaire et l’école doit se donner pour mission de rendre clairs et limpides ses règles, ses langages, ses exigences. Bref, il s’agit donc d’installer pour l’enfant un véritable partenariat qui deviendra le tremplin sur lequel les enfants pourront rebondir pour atteindre la réussite scolaire et l’insertion sociale.

C’est pourquoi, l’Athénée royal d’Ans met en place de multiples occasions de contact entre l’École et les Parents, qu’il s’agisse des quatre réunions annuelles qui permettent aux familles un contact direct avec les Professeurs ou des multiples rencontres orchestrées par l’Amicale.

D’autre part, les membres de la Direction sont en permanence disposés à recevoir les parents et à leur garantir un contact rapide et constructif avec les enseignants de leurs enfants.

Il convient toutefois de rappeler que toute visite des parents dans l’établissement doit obligatoirement commencer par une rencontre avec un membre de la Direction.

Chaque élève se voit désigner un éducateur de niveau et un directeur de classe qui constituent des maillons essentiels en matière de communication avec les élèves et leurs familles.

L’AMICALE

L’Association dénommée « Amicale de I’ARA » (ASBL) se propose, in fine, de rendre la contribution des parents la moins lourde possible en répondant, dans la mesure de ses moyens, aux sollicitations des élèves, des parents et des enseignants. Et cela dans des domaines aussi variés que le soutien socio-économique, l’accès au culturel, la mise à disposition de fournitures scolaires, l’organisation d’activités de loisirs…

Elle regroupe des acteurs de l’école dont des parents qui y organisent là, en concertation et collaboration avec tous, les tâches que d’autres établissements ont dévolues à une association des parents.

LE CONSEIL DE PARTICIPATION

Mis régulièrement en fonction à l’Athénée royal d’Ans, le conseil de participation réunit la Direction de l’établissement, des représentants des Parents, des Élèves, du personnel et de l’environnement socio culturel de l’établissement. Il a pour missions principales de:

  • débattre du projet d’établissement sur base des propositions qui lui sont remises par les délégués du pouvoir organisateur, de l’amender si nécessaire et d’évaluer périodiquement sa mise en œuvre;
  • remettre un avis sur le rapport d’activités annuel;
  • de mener une réflexion globale sur les frais réclamés en cours d’année, notamment ceux qui sont liés à des activités culturelles et sportives s’inscrivant dans le projet d’établissement, d’étudier et de proposer la mise en place d’un mécanisme de solidarité entre les élèves pour le paiement des frais susvisés.

Lisez également :

Lire Charte de l’enseignement officiel.
Lire Règlement d’ordre intérieur.

Retour au sommaire de Philosophie éducative.


Document mis à jour le 07.07.2015