Lettre ouverte à Monsieur X, à Madame Y et à Madame Z…

Classé dans : Lettres d'information | 0

 
Lettre d’information 27/2010 – 02.12.2010

Lettre ouverte à Monsieur X, à Madame Y et à Madame Z…

La rigueur que nous revendiquons à l’Athénée royal d’Ans semble porter ses fruits: nos résultats aux épreuves externes sont excellents, les missions menées par les Services de l’Inspection inter-réseaux attestent toutes du niveau conforme de nos cours et nos élèves remportent régulièrement les premiers prix de concours qui réunissent des dizaines d’écoles. Le taux de réussite de nos Anciens dans l’enseignement supérieur est de 12% supérieur à la moyenne en Communauté française…

Notre population en hausse continue illustre la confiance que les familles nous témoignent.

Notre école se caractérise notamment par son souci constant de maintenir un dialogue entre les enfants, l’équipe éducative et les parents.

Bien sûr, parfois, les partenaires que sont les parents et l’école peuvent ne pas être d’accord. Toutes les portes du dialogue s’ouvrent alors pour autant, cependant, que chacun soit respecté dans son rôle, dans sa mission ou sa profession…

Cela me parait assez essentiel pour valoir ces quelques lignes.

Monsieur X, Madame Y et Madame Z, le désir de préserver votre anonymat, le souci d’apaiser les passions et la crainte de voir nos rapports se crisper encore m’amènent à vous rebaptiser des dernières lettres de notre alphabet dans ce qui ne doit rien être d’autre qu’un petit billet d’humeur d’un chef d’établissement un peu lassé…

Monsieur X, lundi dernier, votre jeune fils étrennait un nouveau GSM, cadeau, sans doute, d’un Saint Nicolas un peu hâtif… A onze heures du matin, il avait déjà été sanctionné trois fois pour trois essais intempestifs de l’appareil qui bien sûr téléphone mais diffuse également de la musique quand il ne prend pas des photos…

Lorsqu’enfin, Monsieur le Proviseur a confisqué l’appareil jusque 16h afin de nous permettre de donner cours, vous avez trouvé normal de me menacer des pires foudres judiciaires si nous ne rendions pas ce petit miracle de la technologie à votre enfant… Faut-il signaler que l’appareil fut néanmoins rendu à 16H, pas avant bien sûr et que j’attends toujours les policiers qui devaient m’arrêter sur vos ordres… ?

Madame Y, votre enfant a été l’objet de propos insultants d’un condisciple qui a été jusqu’à lever la main sur lui, sans le blesser heureusement…

C’est bien entendu totalement inacceptable et le coupable fait actuellement l’objet d’une procédure disciplinaire qui peut mener jusqu’à l’exclusion définitive. Mais que dire de votre attitude lorsque vous entendez pénétrer dans l’établissement pour faire justice vous-même et frapper un enfant; que, visiblement, vous ne comprenez pas que je hausse la voix et vous menace d’une intervention policière pour vous voir adopter une attitude moins menaçante et quitter les lieux?

Quant à vous, Madame Z, je suis toujours abasourdi par votre réaction: votre fille bavarde au cours de Mathématique, elle est grande: en 4ème année, elle devrait avoir compris que ce n’est pas l’attitude attendue dans nos classes. Le professeur lui intime l’ordre de changer de place après lui avoir fait plusieurs remarques. Elle refuse, puis refuse de donner son journal de classe. Elle écope d’une retenue de deux heures. Je trouve, pour ma part, la sanction magnanime, voire insuffisante au moment où vous, vous décidez de m’avertir que vous n’êtes pas d’accord et que votre fille n’effectuera pas la sanction!

Notre règlement est très clair: La sanction sera doublée et votre fille pourrait, à terme, voir ce dossier instruit dans le cadre d’une procédure disciplinaire.

Trois cas… X, Y et Z, trois parents qui ont choisi de donner l’exemple de l’obstruction à leurs enfants… Trois parents qui ont rompu la relation de confiance et de cohérence qui rend possible notre mission d’éducation.

Dois-je, avec nostalgie, me souvenir d’une enfance durant laquelle mes parents doublaient les punitions reçues et reconnaissaient une réelle autorité à mes professeurs?

Non, heureusement, si les temps changent, X, Y et Z ne restent que trois lettres… Un hasard, sans doute, ce sont les dernières!

Je reste, par mail, à la disposition de tous pour discuter de cette prise de position.

Manuel Dony,
Préfet des études

 


Les autres éditions des Lettres d’information sont disponibles dans la rubrique Archives.

Charte Ar Ans1

Document mis à jour le 02.12.2010