Visite à l’Insectarium de Waremme

Classé dans : Lettres d'information | 0

 
Lettre d’information 49/2013 – 17.11.2013

Ce lundi 4 novembre après-midi, les élèves de 5ème et 6ème année « option sciences » ont eu l’occasion de visiter l’insectarium de Waremme et, en particulier, l’exposition temporaire : « L’entomophagie ou comment nourrir 9 milliards d’êtres humains en 2050 ? »

Tout d’abord, nous avons été accueillis par le conservateur dans une salle où nous étions réunis autour d’une table sur laquelle nous pouvions observer plusieurs espèces d’insectes. Il nous a parlé de différentes choses telles que l’entomophagie (consommation d’insectes par l’être humain), les caractéristiques des Hexapodes, leurs rôles ou leurs modes de vie, etc. J’ai trouvé que c’était très intéressant. J’ai même appris que, dans certains fast-food, la viande de bœuf était remplacée par de la farine d’insectes !! Encore un fois, on nous trompe sur le contenu de nos assiettes ! J’ai également retenu que, dans certains pays, on se nourrissait d’insectes tous les jours, ou du moins souvent. Cela dépend des cultures. Si, en Belgique, nous ne pratiquons pas régulièrement l’entomophagie, d’autres personnes dans le monde, elles, préfèrent manger un bon bol de vers de farine plutôt qu’un steak. Enfin, elles n’ont pas vraiment d’autre choix.

Dans cette même salle, nous avons testé l’entomophagie !!! Eh oui, même si c’est difficile à croire, certains élèves et professeurs ont dégusté des petits insectes, miam… Même si j’ai longtemps hésité à manger nos petits amis à 6 pattes, j’ai tout de même voulu tenter l’expérience, histoire de me prouver à moi-même que j’en étais capable.

Résultat des choses : j’ai eu le courage de goûter du pain garni de vers de farine, du taboulé accompagné de petites larves mais aussi des vers et des grillons grillés. Je me demande encore comment j’ai réussi à mettre en bouche ce que je trouve habituellement dans mon jardin ?! J’ai quand même préféré éviter le toast tartiné au Philadelphia et garni d’un grillon. Cela n’est que mon avis parce que, visiblement, certains de mes camarades ont adoré déguster des petits Hexapodes. Je ne sais pas ce qu’ils ont préféré, est-ce le petit goût de noisette des grillons ou est-ce le fait qu’après, on avait des pattes coincées entre les dents ? Bonne question. Moi en tout cas, je préfère vite oublier ce mini repas que je redoutais tant. Tout est dans la tête ! Si je n’avais pas su que c’était des insectes, je n’aurais pas vu la différence entre des vers de farine grillés et des Kellogg’s.

Je crois que finalement, tout ça est psychologique, parce que cette nourriture n’a pas vraiment de goût. Comme dit madame Marchesini, «il y a dix ans, je n’aurais jamais osé en manger alors que, maintenant, je le fais sans problème». Et oui, peut-être que nous aussi dans dix ans, on cherchera des petites bébêtes dans notre jardin pour se cuisiner un bon petit plat. En attendant, très peu pour moi, merci.

 

 

Photos : Hexapoda, avec l’aimable autorisation de Monsieur Drugmand

 

Notre guide nous a également expliqué que, si on parle beaucoup actuellement d’entomophagie, c’est surtout pour trouver une source de protéines durable pour les prochaines années. Rassurez-vous, ce n’est pas pour tout de suite mais pour 2050. Et si je devenais végétarienne pour 2050 ? Je pense surtout qu’on n’aurait pas besoin de découvrir une autre nourriture et de manger des insectes si, pour commencer, les supermarchés évitaient de jeter tout ce qui n’a pas été vendu dans la journée. Bien sûr, les supermarchés ne sont pas les seuls fautifs, ce n’est qu’un exemple, mais éviter de gaspiller, voilà une vraie réponse à une éventuelle pénurie de nourriture ! Il ne faut pas être étonné qu’on s’inquiète du manque de nourriture si les supermarchés jettent 10 kg de carottes parce qu’elles sont tordues ou si un Belge jette un pack de yaourt parce que la date de péremption est dépassée de 2 jours ! Imaginez, si tout le monde faisait ça sur la planète, on ne s’en sortirait plus ! Bref, je crois que je m’éloigne un peu du sujet mais c’est juste parce que je pense que c’est important …

Pour en revenir à l’entomophagie, je ne dirai pas que c’est inutile, loin de là, mais je pense que se nourrir sans avoir de plaisir, ce n’est plus vraiment pareil.

Une fois la dégustation terminée, nous sommes passés dans une autre salle où il y avait beaucoup d’espèces d’insectes, derrière une vitre, heureusement. Il y en avait tant de catégories que je ne saurais pas parler de tous ; en revanche un petit Hexapode a tout particulièrement attiré mon attention. Il s’agit de la phyllie, aussi appelé insecte-feuille. Il porte très bien son nom car il ressemble étrangement à une feuille, c’est vraiment fascinant, oui oui, fascinant !! Je connaissais leur existence mais je ne savais pas que c’était aussi impressionnant ! Le plus amusant c’est que cet insecte mime l’immobilité d’une feuille, quelle « intelligence » ! Les phyllies ont même des nervures, comme une feuille. Ce sont les maîtres du camouflage. Que c’est pratique pour éviter les prédateurs ! La nature est vraiment bien faite, en voici un bel exemple.

Ensuite nous sommes tous rentrés à l’école. Malgré mon petit blocage à la dégustation, je garde un bon souvenir de cette activité. A vous maintenant de tenter l’entomophagie. Bon appétit !

Ornella Gentile 5GA

 

Photo : A. Lejeune
 
 
 


Les autres éditions des Lettres d’information sont encore disponibles dans la rubrique Archives.
Charte Ar Ans1

Document mis à jour le 17.11.2013